La suite de la page Facebook

Rencontre avec les délégués·e·s syndicaux CGT, de l’entreprise Cooperl à Lamballe ...

Écrit par Gilles Boulin
Affichages : 963
Catégorie :
 
Il m’a paru important de donner la parole à différents syndicats d’une grande entreprise privée de notre territoire. En effet un certain nombres d’entre eux, ont bien voulu m’ouvrir leurs portes et répondre à mes questions.
 
Aujourd’hui , les délégués·e·s syndicaux CGT, Il s'agit de Noël ,Annie, Christophe, Claudine, Raymond ,Valérie, Véronique. Tous et toutes son présents dans l’entreprise Cooperl depuis de nombreuses années. Ils aiment leur métier. Mais ont décidé de s’investir dans le syndicalisme afin d’améliorer notamment leurs conditions de travail Qui ne sont pas toujours dès plus faciles. Je tenais à dire que l’ensemble de ceux que j’ai rencontré, apprécie leur métier et leurs entreprises. Au-delà même des difficultés du travail d’usine. C’est important de le souligner .
Cette usine est aussi je le pense une chance au niveau économique pour notre territoire ne l’oublions pas. À l’évidence c’était donc important il me semble de donner la parole (en dehors de tout conflit), à ceux qui sont aussi des acteurs économiques de notre territoire. J’ai donc rencontré ces militants à leur local de Lamballe. Voici en toute indépendance, le résultat de cet entretien en quelques questions.
1 ) Pouvez-vous me raconter l’histoire de votre section syndicale CGT au sein de cette grande entreprise , bien connue sur Lamballe ?
Le syndicat CGT cooperl s'est créé en 1988 . A l origine de la création : des horaires sans arrêt dépassés , des d heures supplémentaires, des plannings modifiés en permanence, etc... Mr Pascal Fournet a donc décidé de créer un syndicat cgt pour faire respecter nos droits et gagner des avancées face à l'intransigeance de la direction et l immobilisme du syndicat CFDT de l époque ( seul présent à l époque) . Mr Fournet a été désigné délégué syndical et a présenté une liste aux élections de 1988 ( liste incomplète ) et les candidats CGT ont été élus. Mr Fournet et les autres élus se sont très vite attelés à dans un 1er temps faire appliquer le droit ( horaires journaliers et hebdomadaires, paiement des heures supplémentaires, titularisation des cdd et intérim , respect des classifications , de la convention collective, etc ...) avec parfois recours aux tribunaux qui ont à chaque fois condamné l entreprise. Des acquis rapides ont été engrangés. Puis on a ( et on continue depuis ) travaillé sur l amélioration des conditions de travail dans tous les services , la sécurité, les salaires et éléments de rémunération, la mutuelle et la prévoyance, etc ...
Dès 1988, il a été mis en place une coordination des syndicats CGT du secteur de la viande ( Cooperl , Bigard, Socopa , Arcadie , etc .. ) pour tirer partout les acquis vers le haut et peser au niveau national notamment sur la convention collective . Voilà succinctement pour les débuts .
2) Sur le site de Lamballe pouvez-vous me donner le nombre exact de personnel travaillant sur le site ?
Il y a environ 2 647 salariés rattachés au CE.
3) En quelques mots comment définissez-vous votre rôle au sein de cette entreprise ?.
Comme évoqué dans la 1ʳᵉ question: améliorer les conditions de travail, embaucher des intérimaires, défendre les salariés…
4 ) Avez-vous,au sein de l’entreprise été touché par la crise sanitaire ?
La crise sanitaire n’ a pas eu d impact sur l activité de la Cooperl, bien au contraire.
5)Comment définissez-vous les relations que vous avez avec la direction actuelle de votre entreprise? Quels sont les grands thèmes qui vous préoccupent pour cette année 2021 ?
Nos relations sont parfois difficiles par moment. Mais la suppression de la chsct par le gouvernement ne nous aide pas .
Concernant nos prochains rendez-vous avec la direction, le sujet de la négociation entre autres, sera évidement les négociations salariales le 18 mars prochain mais aussi le 1 AVRIL . En espérant que nous n’aurons pas à accrocher dans notre dos « Un poisson » . En effet ils nous semblent important que notamment pendant la période actuelle ,la direction soit sensible à la reconnaissance de notre profession et fasse un geste non négligeable aux niveaux des rémunérations. Nous avons un travail difficile , avec notamment La Covid-19. qui nous impose le masque et les gestes barrières que nous respectons au mieux selon les postes bien évidemment . Mais cela est parfois compliqué.
Nous pensons aussi aux expulsions éventuelles de salariés cooperl provenant par exemple d Albanie.
6) Se syndiquer a-t-il un sens aujourd’hui notamment pour les jeunes ? Que diriez-vous à un jeune pour l’inciter à se syndiquer aujourd’hui?
Cela à bien évidemment toujours un sens aujourd’hui.
Quand a un jeune voulant se syndiquer nous lui disons ceci :
Se syndiquer dans une entreprise, c’est ne plus être seul ou isolé. Tu fais parti d’un groupe de collègues qui sont solidaires et fraternels. Tu es épaulé, écouté, rassuré et soutenu par les délégués et le syndicat.
Ensemble, nous montrons qu’il est possible de se faire entendre et de balayer le fatalisme.
Tu es conseillé et défendu prioritairement. Le syndicat t’aide et t’accompagne dans tes démarches (pour résoudre tes problèmes quotidiens dans l’entreprise, t’assister face à l’employeur ou ta hiérarchie, en cas de licenciement…).
Tu bénéficies d’un crédit d’impôt de 66 % sur les cotisations versées au syndicat (exemple : 18 euros versés par mois te coûtent, après déclaration des impôts, seulement 6 euros).
Tu bénéficies de l’aide juridique du syndicat et en cas de litige avec ton employeur, nous mettons à ta disposition nos avocats spécialisés, etc. Oui se syndiquer aujourd’hui reste utile voir indispensable pour défendre nos droits .
Merci donc à Noël, Annie, Christophe, Claudine, Raymond, Valérie, Véronique, pour leurs accueils et bonne continuation à eux pour leurs responsabilités syndicales .
Bonne continuation aussi à cette grande entreprise Génératrice d’emplois sur notre territoire et acteur important de la vie économique de notre territoire