La suite de la page Facebook

Questions à Nicolas Dézé directeur du Carrefour Market de Lamballe

Écrit par Gilles Boulin
Affichages : 2138
Catégorie :

Questions à Nicolas Dézé directeur du Carrefour Market de Lamballe

 En préambule à cet article afin de clore toutes polémiques inutiles, je tenais à préciser un point important. « J’aime Lamballe » n’a rien contre l’ensemble des grandes surfaces de notre territoire. Nous savons qu’elles contribuent comme n’importe quelles entreprises petites,

moyennes ou grandes, à la bonne santé de notre économie locale et à l’emploi sur le territoire Lamballe-Armor et Lamballe Terre & Mer.

Pour autant nous sommes aussi une association qui soutient sans ambiguïté, l’ensemble des commerces de proximité des cœurs de villes et cœurs de bourgs de notre territoire. C’est pour cela que nous nous sommes positionnés en faveur d’un juste équilibre entre ces commerces qui représentent aussi un nombre important d’emplois sur notre territoire. Il faut savoir que sans ces commerces, la vie sociale et économique notamment en milieu rural disparaîtrait ainsi que les écoles, etc. Nous sommes aussi un groupe Facebook et une association indépendante de toutes pressions.

C’est pour cela que j’ai souhaité donner la parole cette fois-ci à Nicolas Dézé Directeur du Magasin Carrefour Market comme je pourrai le faire à l’ensemble de ses collègues directeurs des autres enseignes sur notre territoire concernant cette période compliquée qui risque malheureusement de durer.

 1) Cela va faire 3 ans que vous avez pris les commandes de ce magasin. Comment, en tant que directeur de cette moyenne surface, avez-vous abordé cette pandémie en sachant qu’elle risque encore malheureusement de durer ?

 Nicolas DEZE : J’avais travaillé en amont de la pandémie sur le territoire français en élaborant un "plan de continuité d'activité" "cas de pandémie Coronavirus". Ce document est la ligne de conduite du magasin sur tous les niveaux, la sécurité des collaborateurs, des clients mais aussi le fonctionnement global du magasin. Cela m’a permis d’appréhender au mieux cette crise, car une majorité des actions réalisées au magasin étés déjà rédigées.

2) Au vu des nouvelles réglementations émises par l’État, suite à cette pandémie, quelles sont les protections vous avez mis en place pour le bien de votre personnel et de vos clients ?

Nicolas DEZE : « J’ai agi le plus rapidement possible pour préserver la santé de tous et la non propagation du Covid 19.

Dans un premier je me suis assuré d'avoir tous les produits d'hygiène en stock et en quantité suffisante (gel hydro-alcoolique / désinfectant / gants / essuie-mains à usage unique…), mise en place d'un distributeur de gel hydro-alcoolique pour les clients à l'entrée du magasin.

Dans un second temps toute la ligne de caisse et l'accueil ont été équipées de plexi- glass, les premiers masques sont arrivés très rapidement et ensuite les visières sont venues compléter le dispositif.

— mise en place de la matérialisation des distances de sécurité avec des adhésifs au sol (accueil, caisses, balances fruits et légumes…)

— mise en place un plan de caisse pour ouvrir une caisse sur deux, nous ouvrons dans la mesure du possible soit les caisses paires ou impaires car dans « l’entre deux caisses » il n’y a pas la distance de sécurité.

— numérotation des abris chariots accompagné d’un dispositif d’informations aux clients afin d'assurer la désinfection des chariots

— mise en place d’affiches pour sensibiliser les clients aux gestes barrières...

— sensibilisation de tous les collaborateurs du magasin pour désinfecter tout au long de la journée et le plus souvent possible tous les paniers, plan de travail, caisses, balances, portes frigos, locaux sociaux, sonnette drive…)

— modification de notre organisation de travail avec notamment un travail le soir pour les équipes du libre-service, afin d'être le moins possibles en contact avec la clientèle—modification de notre organisation de manière générale (voir réponse question 5)

 —présence d'agents de sécurité tous les jours pour sensibiliser les clients (plus de course en famille, distance de sécurité…)

3) Avez-vous des difficultés en cette période de pandémie pour l’approvisionnement de votre Magasin ?

 Nicolas DEZE : « La situation c'est nettement amélioré, cependant nos fournisseurs font fasse à une forte demande, de l'absentéisme, la saturation des unités de production… Ils ont, en accord avec l'enseigne, réduits leurs gammes pour absorber aux mieux les volumes qui restent soutenus. Nous répondons à toutes les unités de besoins mais en fonction des familles de produits il y a plus ou moins de choix.

Il y a quelques familles de produit pour lesquelles la situation est tendue comme la farine (car seulement 5% de la production française est conditionnée en sachet de 1kg), les pains de mie, le papier et les cartouches d'impression. Le charbon de bois est également à prévoir avec la fermeture des frontières. »

 4) Quels sont les produits les plus achetés dans cette période d’incertitude ?

 Nicolas DEZE : « Les produits les plus achetés sont les produits courants comme le riz, pâtes, farines, œufs, conserves de légumes et de poissons, fruits et légumes… il y a des pics de consommation sur le rayon parfumerie, droguerie et hygiène (savon mains, spray désinfectant, lingettes désinfectantes, produits dépilatoires, colorât »

 5) Avez-vous changé vos horaires d’ouvertures durant cette période ?

 Nicolas DEZE  « Nous nous sommes réorganisés complètement sur ce point. Dans un premier temps j'ai créé un créneau spécifique lundi 16 mars. Je l'ai annoncé sur notre page Facebook le samedi 14 mars en fin d’après pour les personnes de 70 ans et +, de 7h45 à 8h30, ou le magasin leurs est privatisé, depuis le midi.
J’ai fait cela, car les clients avaient beaucoup d'inquiétudes du fait qu’il y avait énormément de monde dans le magasin suite à l'allocution de M. Macron le jeudi 12 mars.

Les 70 ans et + sont des clients fidèles du magasin, considérés à risques, la solution d’un créneau spécifique et dédiés est venue comme une évidence.

L’ensemble de l’équipe et moi-même avons étés très surpris par l'engouement médiatique de cette initiative.

Je ne connaissais pas la « puissance » des réseaux sociaux, maintenant je maîtrise… nous avons eu beaucoup de sollicitation de la part des médias, d’ailleurs TF1 / France 2 et France 3 Bretagne qui sont venus filmer l'initiative au magasin.

Le plus gratifiant pour l'équipe et moi-même reste les remerciements des clients.

Ce créneau a été élargi aux personnels de santé également (en plus de la caisse prioritaire) toujours avec justificatif.

Dans un second temps j'ai décidé de fermer le magasin tous les dimanches pendant le confinement donc dès le dimanche 22 mars le magasin été fermé. Les équipes font un travail remarquable avec une mobilisation extraordinaire, c’est pour faire souffler mes équipes que j'ai fermé le dimanche.

Même si l’ouverture du dimanche matin est vraiment vitale économiquement pour le magasin (c’est triste mais c’est une réalité), je ne me suis pas posé la question, car la santé n’a pas de prix. »

Le magasin ferme ces portes à 19H, suite à un arrêté municipal.

Nous sommes donc ouverts de 7h45 à 8h30 (créneau spécifique) et de 8h30 à 19h00 du lundi au samedi.

6) Avez-vous d’autres choses à dire, ou à rajouter ?

 Nicolas DEZE : « Je voudrais sincèrement et chaleureusement  remercier l'ensemble du personnel pour leurs implications, leurs mobilisations et le dévouement dont ils font preuves tous les jours.

Je souhaite également remercier toutes les entreprises / associations locales qui se sont mobilisés pour le magasin :

« merci mercerie » pour la confection des masques

« Visipub » pour les bandes adhésives / les panneaux pour les abris chariots / les visières

« laboratoire Sanital » de Broons pour la fourniture du gel hydro-alcoolique et le produit pour la désinfection

« Les galettes de Broons » pour les gourmandises laissées en salle de pause

« les Vitrines de Lamballe » pour la mise en relation et le travail de fond qui est mené

Merci également à nos producteurs locaux d'assurer le service malgré la crise: cidrerie Benoît, kerloick, la ferme de Marie-Jeanne, bertel, guerledan, milles et une crêpe, la ferme maraîchère des glatinais, l'uzelaise…

Sans oublier la municipalité qui, pour les croiser régulièrement dans les rayons ou au drive, font preuve d’une belle solidarité pour les livrer les personnes isolées.

Pour conclure, peut être que certains de nos clients ne savaient pas forcément pourquoi ils venaient faire leurs courses chez nous, maintenant ils connaissent nos valeurs et notre engagement, la notion de «supermarché de proximité»à pris tous son sens.

m. Boulin, merci pour votre sollicitation, Prenez soin de vous et de proche »

Merci à vous Monsieur DEZE d’avoir bien voulu répondre à mes questions Par ÉMAIL et bon courage à vous et à l’ensemble de vos collaborateurs quelles que soient leurs fonctions .