La suite de la page Facebook

Questions à Antonio PASCOA, artisan sur le Territoire de Lamballe-Armor

Écrit par Dan
Affichages : 1917
Catégorie :

Questions à Antonio PASCOA, artisan sur le Territoire de Lamballe-Armor

 

Après avoir donné la parole à un certain nombre de commerces (et ce n’est pas fini), j’ai souhaité, par mail, lui poser aussi quelques questions concernant cette période délicate pour lui et sa petite entreprise.

 

Il faut savoir aussi que l’artisanat , notamment dans des petites entreprises, comme celle d’Antonio, représente une part importante de notre économie locale et de l’emploi sur notre territoire Lamballe-Armor et Lamballe Terre&Mer.

Il est donc également important de les soutenir et de les encourager dans ces moments difficiles.

Antonio a crée son entreprise le 12 avril 2000. Il a donc « fêté » ses 20 années de fonctionnement pendant ce confinement. Pour Antonio, comme pour beaucoup de petites entreprises comme lui, cette période est vraiment compliquée.

1) Antonio, cela vient de faire 20 ans que vous avez crée votre petite entreprise Artisan Plaquiste/carreleur (Travaux de rénovation, ▪︎pose de carrelage, ▪︎pose de faïence, ▪︎pose de parquet flottant, ▪︎isolation, doublage, cloisons, faux-plafonds, aménagement de combles). Drôle d’anniversaire, n’est-ce pas ? Comment gérez-vous cette crise ?

En effet, mais comme une grande partie des gens et des entreprises de mon secteur… Après réflexion, pour la protection de ma famille et pour la sécurité de mes clients, j’ai décidé de respecter le confinement imposé dans un premier temps par le gouvernement et ensuite, je l’ai poursuivi, pour une question de principe, en respect aux soignants et ainsi éviter la propagation du virus pour que nous puissions chacun reprendre très vite, nos activités habituelles et professionnelles.

2) Comment pouvez-vous travailler et dans quelles conditions pouvez-vous honorer vos chantiers ?

La prolongation du confinement jusqu’au 11 mai prochain me semble compliquée pour ma petite entreprise. Je la comprends, mais je ne peux me permettre d’attendre cette date. C’est pourquoi je vais reprendre mon activité progressivement en privilégiant les chantiers où les clients sont absents, où je puisse être seul en limitant les autres intervenants pour diminuer le nombre d’ouvriers sur le chantier. Beaucoup de mes chantiers sont dans des pièces de vie chez les clients, beaucoup sont présents suite au confinement. Je vais donc respecter au mieux les gestes barrières. Quant aux protections elles sont très compliquées dans ma profession et cela implique un investissement financier assez important pour ma petite structure.

 3) Comment réagissent vos clients ?

Certains me demandent de ne pas intervenir mais les avis sont partagés. Positifs mais craintifs à la fois, chose compréhensible, car ma clientèle se compose à 70% de personnes retraitées.

4 ) Que pensez-vous des aides annoncées par l’état ? Allez-vous effectuer un dossier en conséquence pour passer ce cap compliqué ?

En ce qui concerne les aides, je pense que pour certains secteurs d’activité, elles sont insuffisantes… je pense surtout aux secteurs qui ont été contraint de fermer leurs portes et aussi à tous les secteurs saisonniers qui auront perdu la saison 2020… pour qui, j’espère, le gouvernement les aidera davantage, pour ne pas perdre tous ces professionnels si précieux à notre vie quotidienne et à nos loisirs qui permettent aux Français de garder le moral et de donner un sens à leurs vies…

Je pense constituer, comme la plupart d’entre nous, un dossier, car je me dois d’assumer le paiement de mes fournisseurs, des charges et impôts (qui malheureusement ne sont que reportés et pas annulés), quitte à sacrifier ma propre rémunération un certain temps… l’important est d’être en bonne santé car je pense à tous ceux qui ont perdu des proches et pour eux, l’argent n’a plus, non plus,  de sens aujourd’hui… 

5) Malgré la situation compliquée et incertaine pour tout le monde, quel est votre ressenti pour l’avenir de votre entreprise ?

L’avenir va être compliqué pour tout le monde, et pour nous, petites entreprises, nous allons être fortement impactées. Les trésoreries, qui auront souffert en cette période, vont continuer à s’affaiblir, car la reprise de l’activité sera longue. J’espère que les gens vont continuer à investir et à entretenir leurs biens car c’est la seule porte de sortie de cette crise sanitaire, comme le dit si bien le dicton : « Quand le bâtiment va, TOUT VA ! »

6) Avez-vous d’autres choses à dire, ou à rajouter ?

Oui ! Le paradoxe de cette pandémie, c’est que malgré toutes les conséquences désastreuses causées par celle-ci, nous en tirerons des leçons.

Il y a déjà, du moins je le pense, une certaine prise de conscience. Certains ont déjà en effet , changé leur mode de vie, en consommant localement, en respectant l’environnement.

J’espère que les habitudes prises ce dernier mois se poursuivront pour la survie de notre économie . je souhaite également que l’être humain devienne plus humain, plus solidaire et reconnaissant envers les autres et ainsi découvrir les vraies valeurs de la vie.

Merci Gilles pour cette interview et pour votre investissement auprès des commerçants/artisans/entreprises lamballaises. Prenez soin de vous !

Merci à vous Antonio, d’avoir bien voulu répondre à mes questions par émail et bon courage. En espérant que ce confinement ne dure pas trop longtemps afin que je puisse vous retrouver en pleine activité le plus vite possible .

Gilles